Savoir dire non sans culpabiliser : conseils

savoir-dire-non-sans-culpabiliser
Développement PersoLeave a Comment on Savoir dire non sans culpabiliser : conseils

Savoir dire non sans culpabiliser : conseils

Pour la majorité d’entre nous, savoir dire « non » sans culpabiliser n’est pas facile.

C’est le moins que l’on puisse dire 😉 Je vous avoue que je n’ai jamais aimé dire « non » à une demande qui m’était faite. Cela me faisait beaucoup culpabiliser…^^ En plus de ça, j’avais peur de blesser l’autre, qu’il me critique ou pire qu’il s’éloigne de moi et ne m’aime plus.

Et puis, j’ai fait un burn-out, et j’ai alors appris qu’il était primordial de savoir dire « non » pour se respecter soi-même et se préserver.

Décliner un proposition ou une demande est indispensable pour être pleinement épanoui.

En effet, une vie équilibrée nécessite une bonne affirmation de soi basée sur une confiance en soi solide.

Même si ce n’est pas évident de savoir dire « non » sans culpabiliser, cela s’apprend 🙂

Dans cet article, je vous livre les secrets pour y arriver 🙂

Savoir dire non sans culpabiliser : les clefs pour mieux comprendre

Il peut paraître parfois difficile de savoir dire « non ». On peut en ressentir un certain malaise. D’autant plus si la demande provient d’un proche et/ ou d’une personne qu’on est souvent amenée à revoir : famille, amis, chef, collègue de travail…

Comprendre ce qui se cache derrière la difficulté de savoir dire « non »

Souvent lorsque l’on éprouve des difficultés à dire « non », on se trouve des excuses du type : « ah mais c’était important », « je ne pouvais pas refuser », « …

En réalité, bien souvent, notre incapacité à dire « non » provient de peurs beaucoup plus profondes.

peurs-tunnel

Comme la peur de :

  • blesser l’autre ou de le faire souffrir
  • décevoir, de ne plus être aimé, apprécié ou accepté par l’autre
  • perdre le statut de la personne « spéciale » : la bonne copine, le fils parfait, la collègue idéale… et de passer pour un égoïste
  • ne plus se sentir utile
  • de l’autorité
  • être critiqué ou jugé
  • du conflit

Ces peurs cachent souvent des croyances limitantes telles que « si je ne rends pas service alors je suis égoïste » ou bien «  si je réponds à cette faveur alors j’ai de la valeur à ses yeux et je m’assure son amour/ reconnaissance… ».

Il suffit d’une ou plusieurs de ces peurs ou fausses croyances pour se sentir obligé de dire « oui » contre son gré. Il est indispensable, pour savoir dire non sans culpabiliser de comprendre ses mécanismes internes.

Identifier les peurs (et croyances associées) qui résonnent en nous est un premier pas vers la capacité à savoir dire non sans culpabiliser.

Vous l’aurez compris, ne pas savoir dire non sans culpabiliser, revient souvent à un problème de confiance en soi. En effet, lorsqu’on manque de confiance en soi, bien souvent, on se dévalorise et on peut penser que notre avis, nos priorités ou envies sont moins importants que celles des autres. Là aussi il est nécessaire d’en prendre conscience.

Les personnes ayant lu cet article ont aussi aimé : Prendre confiance en soi : Comment faire ?

Pourquoi savoir dire non sans culpabiliser est primordial ?

Savoir dire non permet tout simplement de poser des limites à notre entourage. Ce n’est pas « méchant » ou « égoïsme« , c’est juste considérer que nos aspirations comptent dans l’équation.

Comprendre que dire « non » à l’autre, c’est se dire « oui » à soi est primordial

Notre réponse, qu’elle soit positive ou négative doit toujours refléter notre envie et volonté profonde.

Bien sûr qu’il nous arrive de faire des choses pour faire plaisir aux autres : un dimanche midi chez belle-maman plutôt qu’à buller devant Netflix par exemple… 😉 Mais dans ce cas, vous le faîtes pour faire plaisir à votre chéri et vous le lui avez clairement exprimé :  » je n’en ai pas envie mais je le fais pour te faire plaisir. Rappelle-toi s’en lors de ma prochaine soirée copines » 😉

Dire « oui » avec un grand sourire alors que vous pensez « non » revient à nier qui vous êtes. C’est très violent.

savoir-dire-non

Il ne faut surtout jamais accepter quelque chose dont nous n’avons pas envie et encore plus si l’autre n’a aucune conscience de ce que cela nous coûte. C’est se nier soi-même.

Savoir dire non sans culpabiliser permet de pouvoir mener une vie qui nous correspond, sans stress inutile, et ainsi préserver notre bien être.

Il est nécessaire de dire non pour se respecter. Mais il est également possible de le faire tout en respectant l’autre. Je vous donne ci-dessous la marche à suivre.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi aimé : Comment prendre du temps pour soi ?

Apprendre à dire « non » sans culpabiliser, en pratique

étape 1 : Le dire 😉 Lol

Cela peut paraître évident 😉 mais bien souvent, nous avons plutôt tendance pour exprimer notre désaccord à dire des choses du style : « ça ne m’arrange pas », « j’aurais préféré autrement », « peut-être », « oui mais… », ou pire le fameux « on verra » qui reporte le problème… Ce genre de réactions ne fera que semer le doute dans la tête de votre interlocuteur.

Dites un simple « non », sans agressivité mais avec fermeté pour exprimer clairement votre position à votre interlocuteur.

Si vous avez des difficultés a donner un « non » immédiatement, dites que vous avez besoin d’y réfléchir et que vous revenez vers la personne sous « tel délais » (fin de journée ou le lendemain). Ne laissez pas traîner afin de ne pas vous empoisonner la vie inutilement.

étape 2 : Surtout pas de justifications

On pense souvent qu’il faut donner des explications à l’autre pour « s’autoriser » un refus alors que c’est la pire des solutions. Vous donnez de la matière à votre interlocuteur qui va argumenter pour vous faire changer d’avis.

Un simple « je ne peux pas », « je ne suis pas disponible », « j’ai autre chose de prévu », « je n’ai pas le temps » suffit amplement.

savoir-dire-non-sans-culpabiliser-limites

Si cela peut vous aider à déculpabiliser, vous pouvez ajouter de l’empathie ou de l’émotion pour accompagner votre refus.

Avec votre « non » vous pouvez par exemple dire un « je comprends ta situation qui est difficile« , « j’ai entendu ton problème… ».

Evitez les « je suis désolé » car cela vous mettrez dans une situation où vous êtes fautif. Or vous n’avez rien enlevé à l’autre et n’êtes en aucun cas responsable de quelque chose.

Vous avez parfaitement le droit d’exprimer votre désaccord.

Vous pouvez également exprimer vos émotions ou ressentis : « cela m’ennuie, j’aurais aimé t’aider mais je ne peux pas ». Attention, ceci n’est valable que si vous le pensez réellement.

étape 3 : Restez ferme sur vos positions

Si l’autre personne insiste, restez ferme sur vos positions.

Souvent, la personne ne lâche pas car notre « non » est un peu « vaseux »…

Car on culpabilise ou a peur de la réaction de l’autre.

Passez outre, prenez sur vous, respirez et répondez un « vrai non » cette fois et tenez votre décision.

étape 4 : Faites le bilan

temps-bilan
  • Si au final vous avez dit « oui ». Ne culpabilisez pas. Ce n’est pas toujours évident du premier coup. Rappelez votre interlocuteur et exprimez votre refus plus clairement cette fois.

Si vous avez réussi à dire « non » et à le tenir. Félicitez-vous :-)

Et constatez que si cette personne vous aime, votre relation avec elle n’en a pas souffert. Elle vous aime toujours 😉 Cela renforcera votre sentiment de légitimité à recommencer à vous affirmer d’avantage.

Si la personne a mal réagit face à votre refus, deux cas de figure sont possibles :

  • Vous avez tellement dit « oui » toute votre vie, qu’elle est un peu déstabilisée par votre refus. Laissez-lui le temps d’intégrer ce changement. Si vous tenez à cette personne, reparlez en avec elle quelques semaines plus tard en lui expliquant que vous souhaitez penser d’avantage à vous, car vous vous êtes souvent « oublié ».
  • La personne vous en veut et a mis une certaine distance entre vous depuis. Je vous répondrais que si une telle personne existe, tant mieux si elle a s’est éloignée, car elle profitait certainement un peu trop de votre gentillesse.

Rappelez vous que vous n’êtes jamais responsable de la manière dont l’autre réagit.

Cela lui appartient entièrement. Aussi, ne culpabilisez pas pour cela.

Les personnes qui ont lu cet article, ont aussi aimé : Apprendre à être égoïste pour être heureux

Savoir dire non sans culpabiliser, ce qu’il faut retenir :

dire-non
  • Ne pas savoir dire non est beaucoup plus répandu que l’on ne le pense : La société, notre entourage, l’environnement nous a souvent appris à faire plaisir… et à dire plus de oui que ce que l’on devrait.
  • Affirmer votre désaccord quand vous le souhaitez est indispensable pour votre équilibre et votre épanouissement personnel.
  • La difficulté à dire non est souvent liée à un manque de confiance en soi sur lequel il faut travailler
  • Le fait de ne pas savoir dire « non » cache souvent des peurs : la peur de ne plus être aimé, d’être rejeté, de ne plus se sentir utile…
  • Il faut prendre conscience de ses peurs et des « croyances limitantes » (donc fausses), qui y sont associées pour pouvoir avancer.
  • Une fois que l’on a compris tous les mécanismes intérieurs, il est plus facile d’exprimer un non sans pour autant se sentir coupable.
  • Il suffit ensuite d’appliquer des conseils simples comme : exprimer clairement son refus de la bonne manière – entre autre, sans donner de raison
  • Ajoutez de l’empathie et des émotions pour vous aider à ne pas culpabiliser si besoin
  • Réaliser que dire non aux autres, c’est se dire oui à soi. Et cela, ça n’a pas de prix et vous enlèvera toute culpabilité.

J’espère que cet article vous a plu. Si vous le souhaitez – et seulement si 😉 partagez en commentaires votre expérience sur le sujet ou si vous avez d’autres conseils à nous donner 🙂 A très vite.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à la partager :)

Laisser un commentaire

Back To Top

Vous êtes libre de recevoir mon livre :

" Les 12 CLEFS pour être HEUREUX "